La révélation d’une rencontre en juin 2016 entre le fils aîné de Donald Trump et une avocate russe disant avoir des informations compromettantes sur Hillary Clinton a fait repartir, au plus haut niveau, les accusations de connivence avec la Russie. Retour sur le dossier qui empoisonne la présidence Trump.

La question d’une éventuelle collusion de l’équipe de campagne de Donald Trump avec la Russie fait l’objet de plusieurs enquêtes aux Etats-Unis, notamment du FBI qui est menée par le procureur indépendant, Robert Mueller. Voici les protagonistes impliqués dans l’affaire russe.

Donald Trump. Jusqu’à présent, aucun élément ne lie directement le président américain à l’ingérence russe. Mais les agissements de ses plus proches collaborateurs, et sa réticence à reconnaître et à condamner fermement les interférences de la Russie dans l’élection alimentent un soupçon permanent. Il est par ailleurs soupçonné d’avoir tenté d’entraver l’enquête du FBI en limogeant James Comey, directeur de la police fédérale, en mai dernier et en demandant aux chefs des services de renseignement et à des membres du Congrès d’intervenir publiquement pour le blanchir.

Michael Flynn. L’ancien conseiller de Donald Trump à la Sécurité nationale et ancien chef du renseignement militaire américain a accepté des rémunérations de sociétés russes avant la campagne électorale. Des faits qui l’ont poussé à la démission en février dernier. Il a également communiqué à plusieurs reprises avec l’ambassadeur russe à Washington, Sergueï Kisliak avant et après l’élection. Michael Flynn pourrait être poursuivi pour parjure s’il est prouvé qu’il a délibérément menti aux enquêteurs sur ces contacts. Il est aussi soupçonné d’avoir évoqué avec Sergueï Kisliak un possible allègement des sanctions américaines contre la Russie.

Donald Trump Jr. En juin 2016, le fils aîné de Donald Trump a rencontré Natalia Veselnitskaya, une avocate russe liée au Kremlin, avec le président de la campagne Trump, Paul Manafort, et le beau-fils du président, Jared Kushner. Cette rencontre a été initiée par un échange d’emails publié aujourd’hui entre Donald Trump Jr. et l’intermédiaire Rob Goldstone, qui affirmait qu’un procureur russe voulait «donner à la campagne Trump des informations et documents officiels qui incrimineraient Hillary et ses transactions avec la Russie» et qui seraient «très utiles» à Donald Trump. Depuis dimanche, Donald Jr., très impliqué dans la campagne de son père à l’époque, a livré plusieurs versions de cette entrevue à la Trump Tower.

Paul Manafort. Paul Manafort a dirigé la campagne de Donald Trump avant d’être poussé à la démission en août 2016, à la suite de révélations selon lesquelles il faisait l’objet d’une enquête pour avoir reçu plusieurs millions de dollars de l’ex-président ukrainien pro-russe, Viktor Ianoukovitch. Il menait par ailleurs des activités de conseil auprès d’oligarques milliardaires liés à Moscou. Il a participé à la réunion de Donald Trump Jr. avec l’avocate russe.

Roger Stone. Le sulfureux conseiller politique du président Richard Nixon, aux méthodes controversées, a ouvertement reconnu avoir fait tout son possible pour faire élire Donald Trump. Pendant la campagne, il a communiqué avec le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange et avec le pirate informatique «Guccifer 2», qui ont publié des emails volés à Hillary Clinton et à son équipe de campagne. Les services de renseignement américains estiment que «Guccifer 2» est lié aux services secrets russes et pensent que WikiLeaks a été utilisé, peut-être sans le savoir, par la Russie pour faire fuiter des documents susceptibles de nuire à la campagne des démocrates.

Jared Kushner. Le mari d’Ivanka Trump, la fille aînée du président, a participé à la réunion avec l’avocate russe Natalia Veselnitskaya et Donald Trump Jr. Il était également présent lors d’une rencontre entre l’ancien conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, Michael Flynn et l’ambassadeur russe à Washington, Sergueï Kisliak, en décembre 2016. Selon le Washington Post, Jared Kushner aurait alors proposé d’établir un canal secret de communication avec le Kremlin en utilisant les équipements de l’ambassade russe à Washington. Quelques jours plus tard, Jared Kushner rencontrait également Sergueï Gorkov, président de la banque publique russe Vnesheconombank et ancien membre des services secrets russes. La banque fait l’objet de sanctions par Washington depuis 2014 en raison du conflit en Ukraine. La teneur de cet entretien n’est pas connue.

Source link

Commentaire Facebook