Les frais de service engagés par l’Elysée continuent de faire jaser. Déjà l’an dernier, une polémique avait enflé quand nos confrères du Canard Enchaîné avaient révélé le niveau de rémunération très élevé du coiffeur spécial de François Hollande. Il apparaissait qu’Olivier B. touchait un salaire de près de 10 000 euros par mois pour s’appliquer à soigner les mèches du président. Une note qui allait en l’occurrence en totale contradiction avec les promesses formulées jusqu’alors sur la baisse de la rémunération présidentielle et un rythme de dépense décent pour un président qui se voulait « normal ».

Et ce que nous apprend Le Point ce jeudi, c’est que d’un chef d’Etat à l’autre, certaines dépenses que d’aucuns jugeront exorbitantes continuent d’être la norme au Palais. Emmanuel Macron avait promis, lui, de ne pas faire comme son prédécesseur en faisant appel à des prestataires extérieurs. Malgré tout, il semble très attaché à son image. Vouant une importance capitale à sa communication et la façon de se représenter, nulle surprise alors de découvrir que ses desiderata coûtent cher.

>> Relire :Polémique Salaire exorbitant du coiffeur de François Hollande : peut-on en rire ?

Car le leader de la République en marche est très attaché à une personne en particulier : sa maquilleuse. Résolu à avoir toujours le teint net, qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il crève de chaud ou qu’il neige, Macron s’est assuré que sa spécialiste du repoudrage, qui l’a accompagné tout au long de sa campagne présidentielle, serait à ses côtés pendant tout son mandat.

Son épouse Brigitte, chargée avant l’élection de « s’enquérir des conditions de travail des maquilleuses à l’Elysée, contrat, horaires et de travail et disponibilités », a également joué son rôle. Et force est de constater que pour mettre le grappin sur cette femme, il faut mettre le prix fort. La facture consultée par nos confrères est sans appel. Les services spécifiques de Natacha M, 40 ans, ont coûté 26 000 euros, en trois mois seulement de présidence.

Le train des dépenses risque d’aller à toute allure ces cinq prochaines années. Au plus grand dam d’Alexis Kohler, le secrétaire général de l’Elysée, partisan de l’externalisation de ce type de prestation, qui va donc devoir régler les factures. Signalons toutefois qu’en facturant des services extérieurs, Macron espère s’éviter la polémique qui avait atteint François Hollande, coupable quant à lui de rémunérer sa maquilleuse 6 000 euros par mois. Soit, 18 000 euros par trimestre,72.000 euros par an.

Source link

Commentaire Facebook