Le système racinaire du maïs joue le double rôle de pompe et de réserve d’eau en cas de coup dur.

Les racines du maïs ont cette incroyable capacité à explorer le sol plus ou moins loin et profond selon que les éléments nutritifs sont ou pas à leur portée, notamment l’eau. L’enracinement est ainsi plus profond en sol sec : la plante va chercher l’eau. Sous irrigation 2/3 des racines sont situées à moins de 30 cm et 99 % à moins de 90 cm, alors que ces proportions sont respectivement de 39 et 70 % en conditions non irriguées.
L’importance relative des racines est directement fonction des réserves en eau du sol. Des chercheurs ont observé que l’appareil racinaire du maïs représente 33 % du poids sec en conditions sèches et seulement 13 % si l’humidité est non limitante.

meteo-mais-aout-pluvio

Un petit côté dromadaire

S’il y a manque sérieux d’eau, le chevelu disparaît et le diamètre des racines est réduit. En cas d’absorption d’eau insuffisante, les racines, qui contiennent normalement 50 % de l’eau du végétal, assurent durant un certain temps 60 à 70 % de la fourniture hydrique du végétal. C’est un peu le côté dromadaire du maïs. Elles peuvent alors perdre 45 % de leur poids, ce qui explique la réduction importante de leur diamètre. Sur des jeunes plantules, cette réduction est définitive et les racines s’atrophient si le dessèchement est durable.

evolution-pousse-mais-aout

Les racines sont d’autant plus verticales (s’il n’y pas d’obstacle) que la température du sol est élevée, ont observé les agronomes. Et d’ajouter que la température de l’air agit quant à elle sur le nombre de racines secondaires ; la ramification maximale étant obtenue à 20 ° C, alors que le développement optimal de la partie aérienne du maïs est obtenu entre 25 et 27 °.

Source link