Les chercheurs américains ont trouvé une nouvelle méthode pour cultiver les virus utilisés pour la fabrication des vaccins anti-grippe. Ils ont remplacé les oeufs de poule par des chenilles.

Traditionnellement, les virus utilisés pour fabriquer les vaccins contre la grippe hivernale sont cultivés dans des oeufs de poule fécondés. Le virus vaccinal est injecté dans des milliers d’œufs, qui sont alors mis à incuber pendant deux à trois jours pendant lesquels le virus se multiplie. Le blanc d’œuf, qui contient désormais des millions de virus vaccinaux, est ensuite récolté et le virus séparé. Le nombre de vaccins qui peuvent être commercialisés dépend donc de la quantité d’œufs que le fabricant peut se procurer et mettre à incuber.

Comment accélérer le processus de fabrication du vaccin ?

Des chercheurs de l’Université de Rochester, aux Etats-Unis, tentent depuis plusieurs années de trouver le moyen d’accélérer ce processus afin de pouvoir répondre à la demande en cas de vaste épidémie. Avec le soutien de l’entreprise spécialisée en génie génétique Protein Sciences, ils ont inoculé des morceaux d’ADN du virus grippal à des cellules de chenilles. Le vaccin a ainsi été fabriqué beaucoup plus rapidement et en plus grande quantité. Mais comme expliqué sur le site de CNN, il est encore trop tôt pour dire s’il protège plus efficacement de la grippe, ce que semblent croire les chercheurs.

« Les premiers patients ont été vaccinés en octobre 2014 et suivis pendant la saison 2014-2015 » explique le Dr Lisa Dunkle, médecin-chef de Protein Sciences. « 2,2% des volontaires qui ont reçu ce vaccin ont ​​eu une infection grippale comparativement à 3,2 % des membres du groupe témoin qui avait reçu le vaccin traditionnel ».

Pourquoi serait-il plus efficace ? Peut-être parce que le vaccin est fabriqué à l’aide de cellules d’insectes, ont indiqué les chercheurs. Ce qui donne une version moins modifiée de l’antigène – la partie du virus qui fait fonctionner un vaccin.

Cette étude a été publiée dans le New England Journal of Medicine.

 

Source link

Commentaire Facebook