24,38 millions de voitures neuves se sont vendues en Chine en 2016, ce qui en fait le plus gros marché mondial. Pas étonnant que tous les constructeurs se plient en quatre pour y faire leur place. Mais il est parfois bien difficile à cerner en raison des différences culturelles. L’odeur des voitures neuves est ainsi la principale cause de mécontentement des clients chinois, selon le cabinet d’études J.D.Power, devant le bruit et la consommation d’essence excessive.

«Les Chinois sont devenus un peu paranoïaques avec tous les problèmes de pollution», explique Jeff Cai, directeur de la division automobile de J.D.Power Chine. Le pays est en effet confronté à d’énormes «brouillards toxiques», causés principalement par la combustion du charbon utilisé pour l’électricité et le chauffage. En décembre dernier, Pékin et ses alentours ont ainsi été placés en «alerte rouge» durant plusieurs jours, avec une concentration en particules fines 20 fois supérieure aux normes internationales. Du coup, une sorte de psychose s’installe. «Lorsque les clients sentent une odeur inhabituelle dans la voiture lorsqu’ils l’essayent, ils pensent que c’est dangereux pour leur santé», confirme Don Yu, directeur de la division Chine du fabricant de pièces automobiles CGT. Pas totalement injustifié : selon l’assocation américaine Ecology Center, l’air des habitacles contient un cocktail de substances toxiques issues des solvants, des colles et des embrayages. Des composés qui peuvent provoquer maux de tête, nausées et allergies ou même des cancers à long terme.

Des «nez» chargés de renifler l’intérieur des Ford

En attendant; les constructeurs doivent prendre en compte les réticences de leurs clients. Ford vient ainsi d’embaucher une équipe de 18 «nez» chargés de renifler l’intérieur des voitures neuves à destination du marché chinois. Le fabricant Geely a récemment sorti un modèle avec un système de filtration qui élimine les particules fines dans l’habitacle. Afin de diminuer l’odeur du neuf, Ford retire les housses en plastique sur le sièges des voitures durant leur voyage pour les remplacer par des housses à vêtement laissant «respirer» le tissu. D’autres constructeurs disséminent des sachets remplis de zestes de citron et de carbone actif. Et si cela ne suffit pas, certains centres de nettoyage auto proposent même une «stérilisation à l’ozone», rapporte Bloomberg.

Cette spécificité chinoise est un casse-tête pour les marques. Car à l’inverse, les consommateurs européens et américains sont fans de la fameuse odeur de neuf. A tel point que l’on peut même acheter des sprays au parfum «nouvelle voiture» à vaporiser dans son intérieur ou des petits désodorisants à suspendre. Les goûts et les couleurs…

Par Céline Deluzarche

Source link

Laisser un commentaire