Un essaim d’abeilles est venu se poser sur la fourche d’un vélo, à Rennes. Surprenant, ce phénomène est bien connu des apiculteurs.

Une habitante de Rennes a fait circuler, ces jours derniers, une photo insolite sur les réseaux sociaux. En voulant enfourcher son vélo, elle a eu la surprise de découvrir un essaim de plusieurs milliers d’abeilles suspendu à sa roue… Mieux qu’un antivol !

Elle a contacté la ville pour trouver une solution. « Un apiculteur est venu chercher les abeilles. Mon vélo est libéré, délivré », raconte-t-elle avec soulagement, dans un message posté sur twitter.

Des abeilles en pleine ville

La même mésaventure s’est produite il y a quelques mois à Toulouse, comme le relate le journal Le Midi Libre. | Photo d’archives Le Midi LibreTrouver un essaim d’abeilles en pleine ville, cela peut arriver dans les endroits les plus inattendus : sur du mobilier urbain, des panneaux de signalisation, des voitures en stationnement. Et même sur un vélo…

Les apiculteurs savent parfaitement expliquer ce phénomène. Pierre Javaudin, à Bruz, est passionné d’apiculture. Expert en ruche horizontale, il a écrit récemment un livre. « Lors de la période d’essaimage, les abeilles investissent de nouvelles habitations : la moitié de la colonie part avec la reine à la recherche d’un nouvel abri. Après son envol, l’essaim s’arrête sur reposoir pendant que des éclaireuses font des vols de reconnaissance, en quête de l’abri idéal. »

Gavées de miel, elles ne piquent pas

Et le reposoir, dans ce cas précis, c’est la roue du vélo ! « Plus impressionnant que dangereux, un essaim n’est pas agressif », rassure Pierre Javaudin. Gavées de miel avant le départ, les abeilles ne piquent pas. L’essaim est donc facile à récupérer.

Une ruche dans mon jardin, pour une apiculture naturelle et familiale, par Pierre Javaudin, aux éditions Larousse. 143 pages, en vente en librairie.

Source link

Commentaire Facebook