Selon un communiqué officiel du parti, la direction du parti présidé par Marine Le Pen, largement battue par Emmanuel Macron à la présidentielle de mai, va proposer aux adhérents du FN, en « tenant compte du message envoyé par les Français lors des élections et, notamment, des inquiétudes exprimées par une partie d’entre eux sur la question de l’euro », de « nouvelles modalités et un nouveau calendrier, afin de retrouver, de manière successive et sur la durée d’un quinquennat, nos différentes souverainetés ».

Le FN veut entamer ce processus en travaillant « prioritairement » sur « la souveraineté territoriale et donc la maîtrise de nos frontières migratoires et commerciales ». « Afin de se donner le temps nécessaire, le recouvrement de la souveraineté monétaire clôturera ce processus », peut-on encore lire dans ce communiqué dont chaque mot a été pesé au trébuchet.

En d’autres termes, la sortie de l’euro -chère au numéro deux du FN Florian Philippot et à ses proches, mais dont d’autres responsables ne voulaient plus entendre parler et voulaient l’abandon pur et simple- est maintenue dans les objectifs du Front national, tout en étant repoussée en toute fin de processus.

Selon plusieurs participants à ce séminaire au siège du FN à Nanterre (ouest de Paris), plusieurs responsables du parti se sont abstenus sur ce texte final.

Source link