Militaires : au moins un mort et quatre blessés

On a appris ce dimanche soir qu’au moins quatre militaires avaient été blessés à la mi-journée par un engin explosif lors d’un affrontement avec des manifestants de l’opposition à Caracas. L’un d’eux avait la jambe en flammes, alors que deux motos brûlaient à terre.

L’explosion s’est produite sur une avenue du quartier chic d’Altamira, où des dizaines d’opposants protestaient contre l’élection de l’Assemblée constituante. 

Par ailleurs, un militaire a été tué par balle dans l’Etat de Tachira (ouest), frontalier avec la Colombie. La victime, Ronald Ramirez, a été atteint par un tir au niveau de la pommette gauche durant une manifestation.

Deux mineurs tués

Deux mineurs de 13 et 17 ans auraient également été tués dans cet Etat de Tachira (ouest), peu après la mort du militaire. 

Un dirigeant de l’opposition a été tué juste avant une manifestation visant à faire obstacle au scrutin devant désigner une Assemblée constituante ce dimanche au Venezuela. Ricardo Campos, 30 ans, a été tué par balle à Cumana, dans l’Etat de Sucre (nord-est). Les circonstances de sa mort n’ont pas été précisées.

Quelques heures plus tôt, un candidat à cette Assemblée avait été assassiné par balle chez lui, dans la nuit. Un groupe avait fait irruption chez José Felix Pineda, un avocat de 39 ans, à Ciudad Bolivar (sud-est), et lui avait tiré dessus à plusieurs reprises.

Le parquet a en outre annoncé la mort de Marcel Pereira, 38 ans, durant une manifestation samedi dans l’État de Merida (ouest). Un quatrième homme serait décédé dans l’Etat de Barquisimeto (ouest). 

Un climat tendu

Dimanche matin, le vote a débuté au Venezuela dans un climat tendu afin de désigner cette Assemblée censée diriger le pays durant un temps indéterminé, un projet du président socialiste Nicolas Maduro rejeté par l’opposition majoritaire au Parlement et critiqué internationalement.

L’opposition avait alors appelé à un rassemblement massif ce dimanche à Caracas, ainsi qu’à dresser des barricades dans tout le pays bien que le gouvernement ait menacé de jusqu’à dix ans de prison ceux qui feraient obstacle au scrutin.

Nicolas Maduro a voté

Le pays, premier exportateur de pétrole d’Amérique latine mais au bord de l’effondrement économique, connaît depuis avril des manifestations anti-gouvernementales violemment réprimées qui ont fait plus d’une centaine de morts ainsi que des milliers de blessés et arrestations.

Le scrutin doit désigner les 545 membres de cette Assemblée et Nicolas Maduro lui-même a été le premier à voter dans un bureau de l’ouest de la capitale Caracas, accompagné de son épouse Cilia Flores et de plusieurs dirigeants.

Source link

Commentaire Facebook