Les avocats d’une femme française, arrêtée avec ses quatre enfants par l’armée Irakienne, interpellent les autorités françaises pour qu’elles rapatrient au plus vite cette famille en France, selon RMC.

Une première

Selon la radio, c’est la première fois que la France doit faire face à ce type de cas en Irak: la France rechigne en effet à faire revenir sur son sol des ressortissants qui avaient rejoint les djihadistes de Daech, 

La femme est une Française de 27 ans. Elle a été arrêtée samedi par l’armée irakienne, dans ce pays où elle vivait recluse avec ses enfants depuis 3 semaines à Mossoul.

Quatre enfants de 5 mois à 6 ans

Alors qu’elle ne pouvait pas s’enfuir, en pleine libération de la ville, elle a finalement été « libérée » par l’armée irakienne, qui l’a arrêtée avec ses quatre enfants, âgés de 5 mois à 6 ans.

Un soldat irakien a pris des photos: les enfants y apparaissent le regard dans le vide, une bouteille d’eau à la main. Le bébé est lové dans les bras de sa mère. Ils semblent affamés et très affaiblis, encore couverts de poussière.

On ignore ce qu’est devenu le père, qui n’a pas été arrêté.

« Identifier » les enfants en cas de décès

La famille est originaire de Seine et-Marne. Le couple était parti en 2015 pour rejoindre Daech en Syrie, puis en Irak. Mais depuis un an, ils disaient vouloir rejoindre la France… et ne plus soutenir Daech.

Contactées via le consulat de France à Erbil, les autorités ont toujours refusé de les aider. Leur seul conseil: « mettre des bracelets aux enfants avec leur nom pour les identifier plus facilement en cas de décès ».

Une « obligation morale et juridique », selon les avocats

Les avocats de la famille, Me William Bourdon et Me Vincent Brengarth, ont sollicité mercredi le consul d’Erbil et le parquet de Paris pour que les autorités françaises prennent des mesures immédiates pour s’assurer que les enfants sont bien traités et que cette famille puisse retourner vers la France au plus vite ».

Selon eux, il s’agit d’une obligation morale et juridique selon eux, compte tenu de la présence d’enfants en bas âge.

460 enfants français nés ou partis en Syrie ou en Irak

La France tente d’éviter les retours de ressortissants français, cherchant même à éliminer sur place des combattants français de Daech par crainte qu’ils ne reviennent pour commettre des attentats. Or l’avocat de la famille considère que la mère de famille et ses enfants sont, eux-mêmes, des victimes collatérales, menacées par Daech.

« Il y a de nombreux Français dans son cas, partis sur un coup de tête, embrigadés, avec un mélange de naïveté et qui ont été dans une désillusion absolue. Il faut faire du cas par cas », assure Me Bourdon.

Selon le ministère de l’Intérieur, 460 enfants français sont nés ou partis en Syrie et en Irak, et 57 mineurs, dont une dizaine nés sur place, sont rentrés en France. 

Source link

Commentaire Facebook