La condamnation par Donad Trump de la haine et de l’intolérance, après les violences de Charlottesville, inclut « bien sûr » celles des suprémacistes blancs et des néo-nazis, a indiqué dimanche un porte-parole de la Maison Blanche.

« Le président a dit avec force hier qu’il condamnait toutes les formes de violence, de sectarisme et de haine », a indiqué ce porte-parole de l’exécutif américain.

« Cela inclut, bien sûr, les suprémacistes blancs, le KKK, les néo-nazis et tous les groupes extrémistes », a-t-il ajouté, alors que le président des Etats-Unis est accusé d’indulgence vis-à-vis de l’extrême droite.

Depuis son golf de Bedminster, dans le New Jersey, M. Trump a condamné samedi le sectarisme et la violence venant « de diverses parties ».

De nombreuses voix se sont élevées, dans le camp démocrate mais aussi dans le camp républicain, pour réclamer plus de clarté de la part du locataire de la Maison Blanche, certains rappelant l’ambiguïté qu’il cultive par rapport à la frange la plus à droite de son électorat depuis les premiers jours de sa campagne.

Une femme de 32 ans est morte quand une voiture a foncé sur la foule de contre-manifestants venus dénoncer dans cette petite ville de Virginie la présence de groupuscules identitaires et néo-nazis, dont des membres du Ku Klux Klan (KKK).

Ivanka Trump dénonce la « suprématie blanche et les néo-nazis » à Charlottesville

Ivanka Trump, fille et conseillère du président américain Donald Trump, a dénoncé dimanche « le racisme, la suprématie blanche et les néo-nazis », alors que son père était jusqu’alors critiqué pour sa réaction aux violences qui ont endeuillé un rassemblement de l’extrême droite la veille à Charlottesville (est).

« Il n’y a pas de place dans la société pour le racisme, la suprématie blanche et les néo-nazis. Nous devons tous nous réunir comme des Américains, et être un pays UNI », a écrit Ivanka Trump dans une série de tweets dimanche matin.

Cette prise de position la démarque de Donald Trump, qui avait dans un premier temps renvoyé manifestants d’extrême droite et contre-manifestants antiracistes dos à dos samedi en dénonçant la « violence venant de diverses parties ».

Le président est vivement critiqué pour ces commentaires, y compris chez les Républicains. Le sénateur de Floride, Marco Rubio, avait notamment demandé à « entendre le président décrire les événements de Charlottesville pour ce qu’ils sont, une attaque terroriste menée par des suprémacistes blancs ».

Une femme de 32 ans a été tuée samedi à Charlottesville, en Virginie, lorsqu’une voiture a foncé sur la foule des contre-manifestants venus s’opposer à un rassemblement d’extrême droite.

Un homme de 20 ans, originaire de l’Ohio, a été arrêté.

Source link

Commentaire Facebook