Donald Trump peut-il être destitué ?

0
41

Les scandales s’accumulent pour le président américain. Une situation qui ravive les débats autour de son possible « impeachment ».

« Impeachment »( destitution), mode d’emploi.

Alors que les scandales politiques se succèdent pour Donald Trump, la question de sa possible destitution monte dans le débat public. Depuis plusieurs jours, le 45e président des Etats-Unis est notamment accusé d’avoir confié des informations classifiées à la Russie et d’avoir demandé au FBI de cesser d’enquêter sur l’un de ses conseillers.

Plusieurs collectifs citoyens et des élus démocrates demandent le déclenchement de la procédure d' »Impeachment » (destitution) pour le milliardaire américain. Même certains élus républicains, échaudés par les révélations successives, n’excluent plus le recours à cette procédure pourtant exceptionnelle.

Comment marche la destitution ?

L' »impeachment » est prévue par l’article 2 de la Constitution américaine. Il prévoit que « le président, le vice-président et tous les fonctionnaires civils des États-Unis seront destitués de leurs charges sur mise en accusation et condamnation pour trahison, corruption ou autres crimes et délits majeurs ».

Cette procédure doit être votée à la majorité simple à la Chambre des représentants. Une fois cette étape franchie, un procès s’ouvre au Sénat. L’audience est contradictoire et proche de la procédure pénale ordinaire, l’accusé ayant le droit d’être représenté par un ou plusieurs avocats. Pour que le président soit destitué, il faut obtenir la majorité des deux tiers au Sénat. En tout la procédure peut prendre plusieurs mois.

Quand cette procédure a-t-elle été utilisée ?

Seules trois procédures « impeachment » ont été lancées depuis 1789, sans jamais aller au bout. L’article 2 de la Constitution a été enclenché à l’encontre des présidents démocrates Andrew Johnson en 1868 et Bill Clinton en 1998, mais tous deux ont été finalement acquittés par le Sénat.

Empêtré dans l’affaire Watergate, le républicain Richard Nixon avait démissionné en 1974, avant que ne commence la procédure.

Qui pourrait remplacer Trump ?

Le premier dans l’ordre de succession est le vice-président des États-Unis. Mike Pence a été élu en même temps que Donald Trump pour le remplacer en cas de mort, de démission, d’incapacité ou justement d’impeachment.

Si Mike Pence venait à remplacer définitivement Donald Trump, il devrait alors désigner obligatoirement un autre vice-président dont la nomination devrait ensuite être confirmée par le Sénat.

L’or monte et le dollar tombe au plus bas depuis novembre

Dans le sillage des turbulences politiques, le métal jaune affiche une cinquième séance de hausse à 1.243,55 dollars l’once. Ce mercredi encore, il prend 0,58%. A l’inverse le billet vert continue de s’affaiblir. Le dollar index de Bloomberg recule de 2,45% ces derniers jours au plus bas depuis l’élection de Trump.

Les investisseurs se tournent vers des valeurs refuge et vendent leurs dollars, craignant que les polémiques à Washington ne retardent l’application des mesures en faveur de la croissance promises par le président américain durant la campagne.

Il existe par ailleurs un lien entre le dollar et l’or. Quand le premier baisse, le second monte. En effet, le métal précieux est libellé en dollar. Du coup, quand le billet vert s’affaiblit, l’or devient moins cher et plus attractif pour les investisseurs européens ou britanniques. Le même mécanisme existe pour le pétrole.

Vidéo : Trump accusé d’avoir divulgué des informations classifiées à la Russie






Source link

Commentaire Facebook