Va-t-on assister à un « cyberchaos » ? En tout cas, les experts redoutent une recrudescence du virus ce lundi lorsque des millions d’ordinateurs seront rallumés.

« A partir du moment où l’échelle est très grande, on peut se demander si le but recherché est le cyberchaos », s’interroge Laurent Heslault, directeur des stratégies de sécurité chez la société de sécurité informatique Symantec.

« Il est très difficile d’identifier et même de localiser les auteurs de l’attaque. Nous menons un combat compliqué face à des groupes de cybercriminalité de plus en plus sophistiqués qui ont recours à l’encryptage pour dissimuler leur activité. La menace est croissante », a souligné le patron d’Europol, Rob Wainwright.

Renault de Douai à l’arrêt lundi

En France, l’usine du constructeur automobile Renault de Douai, dans le Nord, sera à l’arrêt ce lundi. Ainsi, aucune voiture ne sortira du site. L’usine est fermée par mesure de sécurité après la cyberattaque ayant touché le groupe ce week-end.

Ce lundi, les salariés de Renault ne seront peut-être pas les seuls employés français à être empêchés de travailler. Plusieurs entreprises sans activité le week-end pourraient avoir de mauvaises surprises à leur retour. 

« Nous n’avions encore jamais rien vu de tel ». Rob Wainwright, le directeur d’Europol, a relevé l’ampleur sans précédent de la cyberattaque mondiale qui sévit depuis vendredi, dans une interview accordée à la chaîne britannique ITV.

Selon lui, le virus informatique a fait au moins 200 000 victimes, « essentiellement des entreprises », dans au moins 150 pays.

Un bilan provisoire puisque Rob Wainwright craint que le nombre de personnes touchées ne continue de croître « lorsque les gens retourneront à leur travail lundi et allumeront leur ordinateur ».

Source link

Commentaire Facebook