Une compresse tachée de sang trouvée dans un hamburger de McDo !

0
79
hamburger-compresse-teintée-sang

Un jeune homme de 24 ans ,Benjamin Courant, a eu la désagréable surprise de mâcher une compresse tachée de sang d’un hamburger acheté au McDonald’s de Brétigny sur Orge dans l’Essonne .

Mercredi soir, Benjamin Courant se rend dans le restaurant McDonald’s de Brétigny-sur-Orge, dans l’Essonne. « J’ai pris à emporter. Je suis rentré chez moi pour manger avec ma fiancée et des amis. En mâchant, j’ai senti quelque chose de dur », raconte-t-il au quotidien.

« Ils ont minimisé le problème »

Le jeune homme rapporte alors le sandwich au restaurant. Il reconnaît s’être emporté mais estime que les managers qui l’ont reçu -et lui ont remboursé son menu- n’ont pas été à la hauteur de la situation.

« Le premier a présenté ses excuses mais le second s’est montré très hautain, me certifiant que ce n’était pas grand-chose et qu’il ne fallait pas que je m’énerve ainsi », dénonce-t-il. « Ils ont minimisé le problème. Ce n’est pas la réaction qu’ils auraient dû avoir. »

« Un rappel des procédures a été réalisé »

Lui-même boulanger, il met en cause un non-respect des règles d’hygiène. « Une fois, moi aussi j’ai perdu un pansement. Les cinquante pains que je venais de faire ont été jetés. On a perdu de l’argent mais aucun client n’a eu l’horreur de le retrouver dans sa baguette. »

Contactée par le quotidien, la direction de l’établissement a regretté l’incident et a assuré que des mesures ont été prises afin d’éviter qu’un tel accident ne se reproduise.

« Un rappel des procédures concernant le port d’un doigtier en cas de présence d’un pansement a été réalisé dès hier à l’ensemble du personnel afin que cela ne se reproduise plus. La qualité et la sécurité alimentaire sont la priorité de l’enseigne et, à ce titre, de très nombreux audits et contrôles sont appliqués tout au long de la préparation de nos menus. »

Un ver à Nîmes

Insuffisant pour le jeune homme, qui envisage de placarder des affiches afin de mettre en garde les autres consommateurs. Et assure que pour lui, le fast-food, c’est fini. « Je ferai mes burgers moi-même », certifie-t-il.

Ce n’est pas la première fois qu’un hôte indésirable s’invite dans un hamburger. En février dernier, à Nîmes, une jeune femme avait eu la mauvaise surprise de découvrir un asticot gigoter sur l’emballage du sandwich dans lequel elle venait de croquer.

Source :

Commentaire Facebook