Alors que le débat sur l’interdiction des insecticides néonicotinoïdes est relancé ce lundi 26 juin, on apprend qu’à Dijon, deux ruches uniquement réservées au bien-être des abeilles ont été installées. Elles sont sensées aider à renouveler la population des butineuses.

Les insecticides « tueurs d’abeilles » sont à l’origine ce lundi du premier désaccord du gouvernement. Le Premier ministre Édouard Philippe a donné raison au ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, aux dépens de son collègue de l’Agriculture Stéphane Travert. Edouard Philippe confirme l’interdiction des insecticides et explique que « Le gouvernement a décidé de ne pas revenir sur les dispositions de la loi de 2016, tout en précisant « qu’un « travail est en cours avec les autorités européennes ».

→ Lire aussi : Matignon confirme que le gouvernement ne reviendra pas sur l’interdiction des pesticides « tueurs d’abeilles »

Des abeilles qui ont leurs refuges à Dijon

Selon le site consobloglob.com, on a perdu en France 30% de la population d’abeilles en 2015, et certaines régions ont perdu plus de 50% de leurs abeilles en 2016.

La cause de ce faible renouvellement ? Les produits nocifs contenus dans certains insecticides, notamment les insecticides néonicotinoïdes, principaux responsables du déclin de ces insectes butineurs. Ces insecticides étant plus répandus dans les campagnes que dans les villes, les abeilles se déplacent vers les villes où elles ont plus de chances de survivre.

C’est donc face au constat que les villes étaient plus propices à la survie des abeilles que des associations ont eu l’idée d’installer des ruches en milieu urbain, afin de favoriser le renouvellement de la population des butineuses. L’installation de deux ruches à Dijon, projet baptisé Habeetation, répond à cet objectif.

L’équipe de HAbeeTATION et ses ruches
– HAbeeTATION France
Ces ruches sont dédiées exclusivement au bien-être des abeilles puisque le miel n’est pas récolté. Cela permet aux abeilles d’éviter le stress d’une manipulation et de disposer des réserves nécessaires pour se nourrir pendant l’hiver.

Source link