Ils font partie des 577 candidats frontistes à s’être présentés, dimanche 11 juin, au premier tour des élections législatives. Mais, parce qu’ils sont les têtes d’affiche du Front national, leur score est forcément scruté à la loupe. Alors que le parti d’extrême droite a obtenu 13,9% des suffrages et peut espérer entre 1 et 5 sièges de députés, selon une estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions et Radio France*, découvrez les scores des principaux cadres du FN. 

>> Résultats, réactions… Suivez en direct la soirée du premier tour

Marine Le Pen en bonne position dans le Pas-de-Calais

Marine Le Pen, le 19 mai 2017, à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais). (PHILIPPE HUGUEN / AFP)Réussira-t-elle enfin à décrocher la circonscription d’Hénin-Beaumont ? En 2012, la présidente du Front national, candidate pour la deuxième fois dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, avait échoué de 118 voix face au socialiste Philippe Kemel. Cette fois, Marine Le Pen se place en très bonne position. Non seulement elle fait mieux qu’en 2012, avec 46,02% des suffrages, contre 42,36% il y a cinq ans, mais elle devance de loin ses rivaux. Elle arrive en tête devant Anne Roquet, la candidate de La République en marche (16,43%), Philippe Kemel le candidat du Parti socialiste (10,83%) et Jean-Pierre Carpentier (9,97%), le candidat de La France insoumise.

Ce très bon score vient confirmer la dynamique observée lors de la présidentielle : Marine Le Pen était arrivée en tête du second tour à Hénin-Beaumont avec 58,17% des suffrages, soit le 6e meilleur score du FN sur les 577 circonscriptions.

>> Découvrez l’intégralité des résultats dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais

Florian Philippot en posture délicate en Moselle

Florian Philippot, à Paris, le 9 mai 2017.

Florian Philippot, à Paris, le 9 mai 2017. (BERTRAND GUAY / AFP)Il a mené « une campagne étrange » et a brillé par « son absence », écrivait Le Monde début juin. Dans la 6e circonscription de Moselle, Florian Philippot, vice-président du FN, est arrivé en tête avec 23,79% des suffrages. Il a pu notamment s’appuyer sur les 33,8% des voix obtenues par Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle.

Mais le second tour s’annonce délicat pour le candidat d’extrême droite. Christophe Arend, candidat de La République en marche, le talonne avec 22,01% des voix, tandis que le candidat des Républicains, Pierre Lang, recueille 16,32% des suffrages. Le candidat de LREM pourrait bénéficier du report d’une partie des voix du candidat LR et de celles du candidat divers gauche,  Laurent Kleinhentz, qui totalise 14,75% des voix.

Comme l’indique Le Journal du dimanche, Florian Philippot joue gros à l’occasion de ces législatives puisqu’il risque bien d’être écarté au prochain congrès du FN, à moins qu’il ne parvienne à entrer à l’Assemblée.  

>> Découvrez l’intégralité des résutats dans la 6e circonscription de Moselle 

Gilbert Collard talonné dans le Gard

 

Gilbert Collard, à Nanterre (Hauts-de-Seine), le 7 décembre 2015.
Gilbert Collard, à Nanterre (Hauts-de-Seine), le 7 décembre 2015. (THOMAS SAMSON / AFP)

 

Avec Marion Maréchal-Le Pen, il faisait partie des deux seuls députés frontistes à avoir fait leur entrée à l’Assemblée nationale en 2012. Candidat à sa réélection dans la 2e circonscription du Gard, Gilbert Collard a obtenu dimanche 32,27% des voix. Il devance de peu la candidate de La République en marche, également soutenue par le PS, la torera Marie Sara (32,16%). La candidate Les Républicains, Pascale Mourrut, obtient de son côté 14,22% des voix, devant la candidate de La France insoumise, Danielle Floutier (13,07%).

L’équation s’avère délicate pour l’avocat frontiste au second tour, qui ne dipose pas d’une réserve de voix significative et pourrait ainsi perdre son siège dans l’Hémicycle. 

>> Découvrez l’intégralité des résultats dans la 2e circonscription du Gard

Nicolas Bay rate son pari en Seine-Maritime 

 

Nicolas Bay, secrétaire général du Front national, directeur de la campagne FN des législatives.
Nicolas Bay, secrétaire général du Front national, directeur de la campagne FN des législatives. (RADIO FRANCE / JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT)

 

L’un des poids-lourds du FN s’était lancé dans la bataille des législatives dans la 6e circonscription de Seine-Maritime. Il a échoué à se qualifier pour le second tour, avec 22,78% des suffrages, derrière Philippe Dufour, le candidat de La République en marche arrivé en tête (26,87%), et Sébastien Jumel, le maire PCF de Dieppe (22,82%). Nicolas Bay était précédemment implanté en zone urbaine, à Elbeuf, dans l’agglomération rouennaise. Mais le candidat avait justifié son choix de la 6e circonscription par rapport à son « ancrage territorial en Normandie ». Marine Le Pen y a battu des records au second tour de la présidentielle.

Secrétaire national de son parti, député européen, le candidat d’extrême droite comptait donc bien surfer sur les gros scores de la présidente du FN. 

>> Découvrez l’intégralité des résultats dans la 6e circonscription de Seine-Maritime

Louis Aliot très mal parti dans les Pyrénées-Orientales

 

Louis Aliot, candidat FN en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, vote lors du second tour des élections régionales, le 13 décembre 2015.
Louis Aliot, candidat FN en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, vote lors du second tour des élections régionales, le 13 décembre 2015. (RAYMOND ROIG / AFP)

 

Après trois échecs, Louis Aliot, vice-président du FN, était à nouveau candidat aux législatives, cette fois-ci dans la 2e circonscription des Pyrénées-Orientales, ancrée à droite où le FN était arrivé largement en tête à la présidentielle. Avec 30,80% des suffrages, il décroche de justesse la première place au première tour, devant la candidate de La République en marche Christine Espert, qui obtient 29,11%, et le député LR sortant, Fernand Siré (13,30%). Entre le report d’une partie des voix de la droite et celles de la gauche, Christine Espert est en meilleure position pour le second tour.  

Dans ce territoire contrasté entre la côte, les contreforts pyrénéens et la banlieue nord de Perpignan, l’eurodéputé et compagnon de Marine Le Pen a fait une campagne loin des médias, briguant le siège du seul député de droite du département. En 2012, la candidate FN, Irina Kortanek, s’était qualifiée au second tour mais, fait rare, s’était retirée au profit de Fernard Siré pour faire barrage à la gauche. Elle a depuis claqué la porte du parti comme d’autres élus locaux, en dénonçant les « carriéristes » du FN.

>> Découvrez l’intégralité des résultats dans la 2e circonscription des Pyrénées-Orientales

Damien Philippot, le frère de Florian, atterrit mal dans l’Aisne

Damien Philippot donne des détails sur une étude de l'Ifop au sujet de l'innovation thérapeutique, dans une vidéo postée sur youtube en 2012.

Damien Philippot donne des détails sur une étude de l’Ifop au sujet de l’innovation thérapeutique, dans une vidéo postée sur youtube en 2012. (ASSOCIATION LIR / YOUTUBE)Damien Philippot, directeur d’études à l’Ifop et frère de Florian, avait été parachuté dans la 1re circonscription de l’Aisne, où Marine Le Pen avait réalisé son meilleur score départemental. Il obtient 26,13% des suffrages, derrière la candidate de La République en marche Aude Bono-Vandorme, qui recueille 28,79% des voix. Cette dernière devrait bénéficier du report d’une partie des voix du candidat de la droite (LR-UDI) Christophe Coulon (16,20%) et d’une gauche divisée, entre la socialiste Fawaz Karimet (13,92%), le mélenchoniste Jean-Marc Chamblay (7,11%) et l’écologiste Brigitte Fournié-Turquin (3,74%). Au total, dix candidats étaient en lice pour succéder au député sortant, René Dosière. 

>> Découvrez l’intégralité des résultats de la 1ère circonscription de l’Aisne

Franck de Lapersonne sorti du jeu dans la Somme

 

Franck De Lapersonne sur la scène du "Théâtre des Variétés" à Paris, le 11 février 2015. 
Franck De Lapersonne sur la scène du « Théâtre des Variétés » à Paris, le 11 février 2015.  (DELALANDE RAYMOND/SIPA)

 

Après avoir révélé son soutien surprise à Marine Le Pen le 4 février dernier, le comédien Franck de Lapersonne avait annoncé son investiture pour le mandat de député de la 1re circonscription de la Somme. L’acteur sort du jeu dès le premier tour, se hissant à la troisième position (15,94%), derrière le médiatique candidat de la France insoumise, François Ruffin, en deuxième position avec 24,32% des voix, et le candidat de La République en marche, Nicolas Dumont, qui arrive en tête avec 34,13% des suffrages.  

Le Front National estimait pourtant avoir réussi une très belle prise en ralliant ce « people », après Brigitte Bardot et Jean Roucas. Celui qui affirme avoir successivement soutenu François Mitterrand, Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy, François Hollande et Jean-Luc Mélenchon, a expliqué qu’il n’était « pas raciste du tout » et qu’il était « pour que l’on s’aime tous ».

>> Découvrez l’intégralité des résultats dans la 1ère circonscription de la Somme

* Estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions, Radio France, « Le Point », France 24 et les chaînes parlementaires.

Source link