Un étudiant américain, dans le coma depuis plus d’un an après sa condamnation en Corée du Nord à 15 années de travaux forcés pour « activités hostiles », a été rapatrié après sa libération.

Un avion militaire transportant Otto Warmbier a atterri à Cincinnati, ville du nord des Etats-Unis où réside sa famille, peu avant 10H20 (02H20 GMT) mercredi 14 juin, a rapporté la chaîne CBS News. 

A son arrivée, il a été transféré au centre médical de Cincinnati, selon Fox News.

La veille, la famille du jeune homme de 22 ans avait annoncé sa libération qui intervient sur fond de tensions croissantes entre les Etats-Unis et Pyongyang, à quelques jours de la visite du nouveau président sud-coréen Moon Jae-In à la Maison Blanche les 29 et 30 juin.

« Malheureusement, il est dans le coma et on nous a dit qu’il se trouvait dans cet état depuis mars 2016. Nous l’avons appris il y a seulement une semaine », ont indiqué mardi ses parents Fred et Cindy Warmbier dans un communiqué cité par la chaîne CNN.

Arrêté début 2016 lors d’un voyage organisé, le jeune homme avait été condamné à 15 ans de travaux forcés par la Cour suprême nord-coréenne. Motif : le vol d’une affiche de propagande. Les autorités locales l’ont accusé d’« activités hostiles » et de « complot contre l’unité de la Corée du Nord ». Son procès avait duré moins d’une heure.

Selon les autorités nord-coréennes, Otto Warmbier est tombé dans le coma après avoir contracté le botulisme, une affection neurologique, et pris un somnifère. Une affirmation démentie jeudi par l’équipe médicale de Cincinnatti, où l’étudiant est hospitalisé. Aucune trace de botulisme n’a été trouvée dans son organisme.

Pour l’instant, les causes du coma restent inconnues. Mais d’après le neurologue Daniel Kanter, ce type de lésions est normalement la conséquence d’un arrêt cardio-respiratoire. Selon les services de renseignements américains, Otto Warmbier aurait été battu en prison.