Un habitant du Var, dont le bras avait été sectionné par une machine agricole, a pu recouvrer son membre à l’issue d’une opération dans un hôpital marseillais.

Le 21 juillet, un homme de 32 ans travaillant dans une entreprise du Var, a eu l’avant-bras arraché dans un engin agricole. L’accident s’est produit après qu’il ait malencontreusement coincé son gant dans la machine. Les collègues de la victime ont eu les bons réflexes : les secours ont été appelés aussitôt. Puis ils ont placé au réfrigérateur le membre sectionné préalablement enveloppé dans un tissu afin de limiter l’aggravation des lésions.

Trois heures et demi plus tard, l’ouvrier a subi une lourde intervention chirurgicale à l’hôpital de La Timone à Marseille. Une opération couronnée de succès : l’avant-bras a été réimplanté après six heures de travail de l’équipe chirurgicale. Un quasi miracle rendu possible grâce à la rapidité de l’intervention des collègues de la victime et des secours, épargnant l’amputation à ce jeune homme.

« Les conditions de transport, par hélicoptère, et le bon fonctionnement de la filière des traumatismes graves des membres que nous avons mise en place à l’AP-HM avec le Pr Legré et le SAMU, nous ont permis d’opérer ce patient dans un délai très rapide, maximisant ainsi les chances de succès de la réimplantation », explique le Dr André Gay, chirurgien spécialisé dans les traumatismes graves des membres, dans un communiqué de l’Assistance publique des hôpitaux de Marseille (AP-HP).

Au-delà de six heures entre l’accident et l’intervention, la réimplantation est contre-indiquée, les muscles présentent alors des lésions irréversibles.

Une réimplantation rare et minutieuse

Ce type d’intervention, très rare, se déroule en plusieurs étapes : l’os est d’abord stabilisé puis revascularisé par suture des vaisseaux, explique l’APHP. Puis les nerfs, les tendons et les muscles sont recousus avec précaution afin de maximiser les chances de récupérer le fonctionnement de la main.

Il est encore trop tôt pour savoir si le patient pourra recouvrer l’usage entier de son avant-bras après une réimplantation si délicate et exceptionnelle. Il doit au préalable passer par une longue rééducation fonctionnelle. « On ne pourra pas établir un pronostic fonctionnel avant trois à six mois », précise le Dr Gay.

 

Source link

Laisser un commentaire