Il s’est fait attendre jusqu’à ce mercredi 17 mai 15 heures. Sur le perron de l’Élysée, Alexis Kohler, le nouveau secrétaire général du Palais a dévoilé les 22 noms des personnalités qui composent le premier gouvernement du quinquennat d’Emmanuel Macron, avec à sa tête Édouard Philippe nommé lundi 15 mai par le chef de l’État.

Avec 11 femmes et 11 hommes désignés, le fondateur de La République En Marche respecte l’engagement qu’il avait pris sur la parité. Emmanuel Macron avait également émis le souhait d’avoir auprès de lui des ministres de droite comme de gauche, mais également des centristes.

C’est le cas, puisque l’on retrouve par exemple Bruno Le Maire et Gérald Darmanin qui étaient jusque-là membres des Républicains. Édouard Philippe aura également dans son gouvernement des socialistes, comme Jean-Yves Le Drian ou encore Gérard Collomb. Les centristes Marielle de Sarnez et François Bayrou font aux aussi partie de cette nouvelle équipe gouvernementale.  

Mais quelle place occupent-ils dans la hiérarchie voulue par le président de la République et son Premier ministre ? 

Collomb, Hulot et Bayrou aux ministères d’État

  • Annoncé en premier dans l’ordre protocolaire, Gérard Collomb, nommé à l’Intérieur est élevé au rang de ministre d’État. Si cette distinction est surtout honorifique et permet aux ministres concernés de se placer en haut de la hiérarchie, elle leur offre également la possibilité d’organiser des réunions interministérielles, un droit normalement réservé au Premier ministre. Sous la Vème République, Alain Juppé, Jack Lang, Lionel Jospin, Pierre Bérégovoy ou encore Nicolas Sarkozy ont par exemple été nommés ministres d’État. Un titre qui peut être attribué si la personne concernée était dirigeante d’un parti politique ou bien avait occupé par le passé des fonctions prestigieuses. 
  • Hormis le maire socialiste de Lyon, deux autres ministres sont élevés au rang de ministres d’État : Nicolas Hulot a été désigné numéro 2 de cette équipe gouvernementale. Acceptant pour la première fois de participer à un gouvernement, il est à la tête du ministère de la Transition écologique et solidaire.
  • Enfin, troisième et dernier ministre d’État, François Bayrou, qui a été nommé garde des Sceaux. Le centriste, fondateur du MoDem succède à Jean-Jacques Urvoas au ministère de la Justice.

Affaires étrangères, Santé, Sports… Les ministres

Alexis Kohler a ensuite énoncé la liste des ministres, qui ne sont pas élevés à ce rang prestigieux. L’eurodéputée centriste Sylvie Goulard prend les rênes du ministères des Armées, qui remplace celui de la Défense occupée jusque-là par Jean-Yves Le Drian, qui lui change de portefeuille et se retrouve au Quai d’Orsay après sa nomination au ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Vient ensuite l’un des plus fidèles soutiens d’Emmanuel Macron, Richard Ferrand. Le secrétaire général de La République En Marche ! est nommé ministre de la Cohésion des territoires.

La première personne issue de la société civile arrive donc en 7ème position dans le gouvernement, en la personne d’Agnès Buzyn, professeur de médecine. Celle qui dirige également la Haute autorité de santé, après un passage à la présidence de l’Institut national du cancer a été choisie pour le ministère des Solidarités et de la Santé.

Autre novice en politique, la présidente du directoire des éditions Actes sud, François Nyssen qui obtient le portefeuille de la Culture.

Bruno Le Maire prend lui la tête de Bercy. Il a été nommé ministre de l’Économie, des Finances, et de l’Industrie.

Autre membre de la société civile à faire son apparition en politique : Muriel Pénicaud, ancienne DRH du groupe Danone également à la tête de l’organisme public Business France a été nommée au poste très exposé de ministre du Travail.

Édouard Philippe et Emmanuel Macron ont également fait le choix de la compétence concernant le ministère de l’Éducation nationale, en faisant appel à Jean-Michel Blanquer. Le directeur de l’école de commerce de l’Essec a par le passé occupé la fonction de directeur général de l’enseignement scolaire dans ce même ministère. Il est également l’auteur de plusieurs écrits sur l’éducation. 

Pour prendre la succession de Stéphane Le Foll au ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, c’est le sénateur cantalien Jacques Mézard, membre du Parti radical de gauche qui a été choisi.

L‘une des belles prises d’Emmanuel Macron concerne un autre membre des Républicains. Le maire de Tourcoing Gérald Darmanin travaillera avec Bruno Le Maire à Bercy puisqu’il a été nommé au ministère de l’Action et des Comptes publics

L’Enseignement supérieur est quant à lui confié à la biochimiste Frédérique Vidal, par ailleurs présidente de l’Université Nice Sofia Antipolis.

Comme Jean-Yves Le Drian, une ancienne ministre du gouvernement Valls change de portefeuille. Annick Girardin passe ainsi de la Fonction publique à l’Outremer. Un choix logique puisqu’elle est députée de Saint-Pierre-et-Miquelon.

Enfin, nouvelle arrivée en politique, l’ancienne championne d’escrime Laura Flessel a été nommée ministre des Sports

Deux ministres déléguées

Dans ce gouvernement, deux ministres sont rattachées à un autre ministère. Il s’agit de la ministre en charge des Transports, Elisabeth Borne, patronne de la RATP, qui remplira sa mission auprès de Nicolas Hulot.

Quant à la centriste Marielle de Sarnez, elle a été nommée ministre des Affaires Européennes et travaillera en collaboration avec Jean-Yves Le Drian au Quai d’Orsay. 

Quatre secrétaires d’État rattachés au Premier ministre

Pour fermer la marche, Emmanuel Macron et Édouard Philippe se sont mis d’accord sur quatre secrétaires d’État qui seront sous la responsabilité de ce dernier.

  • Le socialiste Christophe Castaner, qui a rapidement rallié le président de la République pendant sa campagne, sera chargé des Relations avec le Parlement mais occupera également la fonction de porte-parole du gouvernement
  • Marlène Schiappa, qui a travaillé aux côtés de Laurence Rossignol au ministère des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes hérite quant à elle du secrétariat d’État en charge de l’Égalité hommes-femmes
  • Sophie Cluzel, qui a notamment fondé plusieurs associations sur la scolarisation des enfants handicapés, sera chargée du secrétariat d’État consacré aux Personnes handicapées.
  • Enfin, Mounir Mahjoubi, qui était le directeur de la campagne numérique du candidat Macron, sera logiquement secrétaire d’État au Numérique

Source link