Le 18 août dernier, Wayne Lotter, le fondateur de PAMS (Protected Area Management Solutions), une organisation non gouvernementale spécialisée dans la lutte contre le braconnage, atterrit à l’aéroport international de Dar es-Salaam, la capitale de la Tanzanie, un pays du sud-ouest de l’Afrique. L’homme, défenseur infatigable des éléphants et symbole de la lutte contre le trafic d’ivoire, sillonne le pays pour former les policiers et traquer les trafiquants. Ce soir-là, il monte dans un taxi et se dirige vers son hôtel. Dans le quartier résidentiel de Masaki, son véhicule est soudainement bloqué par une autre voiture. Deux hommes en descendent et courent vers le taxi. La scène dure quelques secondes, le Sud Africain de 51ans n’a aucune chance de s’échapper. Il est abattu de plusieurs balles par les deux tueurs à gages qui s’enfuient sans être inquiétés.

Le trafic d’ivoire pourrait faire disparaître les éléphants du pays

Wayne Lotter se savait menacé. Depuis des années, il recevait des menaces de mort venant des organisations criminelles qui gagnent des fortunes dans le commerce de l’ivoire. Le défenseur des grands mammifères luttait sans relâche pour préserver le cheptel d’éléphants sauvages de Tanzanie qui est l’un des plus importants d’Afrique. Mais qui est aussi la plus touchée par le braconnage car, en moyenne, 30 mastodontes sont abattus chaque jour par des braconniers qui découpent les défenses d’ivoire et laissent pourrir sur place les animaux. Depuis 10 ans, la population de pachydermes aurait chuté de plus de 30 %, uniquement à cause de ce trafic.

Il avait permis l’arrestation de gros trafiquants

Depuis la création de PAMS, en 2009, Wayne Lotter avait pourtant remporté de nombreux combats face aux trafiquants, permettant l’arrestation de près de 2000 braconniers par les unités d’élite de la policeTanzanienne. Des gros bonnets du trafic, comme Boniface Mathew Maliango, surnommé « Le Diable » ou Yang Fend Glan, une chinoise de 67 ans,sont aussi tombés grâce au travail de Wayne Lotter et de ses équipes.

Le Sud-africain, ancien Ranger, savait que sa tête était mise à prix. Mais il ne voulait pas quitter le pays et céder aux menaces. Dans un communiqué publié sur sa page Facebook, la fondation PAMS lui a rendu un hommage vibrant : «Le charme de Wayne, son éclat et son sens de l’humour lui donnaient la capacité unique de faire constamment rire son entourage. Il est mort courageusement, en se battant pour la cause qui le passionnait le plus.»

La primatologue Jane Goodall, symbole de la protection animale en Afrique, est sortie du silence pour rendre hommage au militant en précisant que la lutte contre les braconniers continuait. « Si ce lâche attentat était une tentative de mettre fin au travail de la fondation PAMS, ce sera un échec »,a-t-elle précisé dans un communiqué. Les éléphants ont perdu l’un de leurs plus ardents défenseurs, mais les équipes de PAMS continueront son œuvre…

Source link