Vincent Debraize, qui avait eu une altercation avec Nathalie Kosciusko-Morizet la semaine dernière, donne sa version des faits. Il estime avoir été piégé.

Mis en examen pour outrage et violence, il conteste et remet en cause la version de l’ex-candidate aux législatives. Cette dernière était tombée et avait du être hospitalisée après un échange musclé avec Vincent Debraize.

Ce dernier a tenu une conférence de presse ce jeudi pour donner sa propre version des faits. Il doit être jugé le 11 juillet.

« Dégage connard »

Selon lui, au cours de leur échange verbal, NKM se serait approchée de lui et aurait lâché : « Dégage connard », à deux reprises, de façon à ne pas être entendue des personnes présentes autour d’eux sur le marché. 

Il affirme n’avoir pas porté de coup à Nathalie Kosciusko-Morizet. « Au plus profond de moi, j’ai l’impression de m’être fait piéger ». Son avocat, lors d’une première audience, avait accusé NKM d’avoir « simulé sa chute ».

Celle-ci avait suspendu sa campagne, touchée par un léger traumatisme crânien. Selon des journalistes qui ont assisté à l’incident, l’homme a fait un geste envers elle, elle a levé le bras pour se protéger et a reçu sa propre main dans le visage, avant de s’écrouler au sol.

Source link