Murielle Bolle, soupçonnée d’avoir été un témoin clé dans l’affaire Grégory, a été mise en examen la semaine dernière à Dijon pour « enlèvement de mineur suivi de mort », après son interpellation mercredi, à son domicile de Granges-sur-Vologne, dans les Vosges.

Parmi les éléments qui ont conduit à cette mise en cause, de nouveaux témoignages, et notamment celui  d’un de ses cousins éloignés.

Un témoignage accablant extorqué par les gendarmes ?

Ce dernier affirme avoir été présent le jour où Murielle Bolle est retournée chez elle, après avoir dénoncé Bernard Laroche à la justice.

Murielle Bolle, qui avait 15 ans au début de l’affaire, en 1984, avait affirmé à ce moment-là avoir assisté au rapt du petit Grégory par celui qui était son beau-frère, avant de se rétracter.

Depuis lors, elle accuse les gendarmes de lui avoir extorqué un témoignage accablant contre Bernard Laroche, premier suspect dans l’affaire.

Un « lynchage » par sa famille ?

Mais pour l’accusation, ce serait au contraire dans sa famille qu’elle aurait «subi des pressions, voire des actes de violence de la part de son entourage», pour la faire revenir sur ses déclarations, dès le lendemain.

C’est le jour de l’arrestation de Bernard Laroche, le 5 novembre 1984, que le « lynchage » aurait eu lieu.

Le Figaro dévoile ce lundi les descriptions de ce « lynchage » par le cousin éloigné, âgé de 54 ans.

« On l’entendait hurler »

Ce dernier évoque une réunion de famille improvisée durant laquelle Murielle Bolle, 15 ans, a été violentée, insultée et menacée par sa sœur Marie-Ange, son père Lucien et sa mère Jeannine.

Elle « était en train de se faire massacrer à l’étage, par Marie-Ange, sa mère et le Titi. On l’entendait hurler, j’ai été choqué de voir Marie-Ange avec une poignée de cheveux de Murielle dans la main », relate le cousin.

Elle aurait « juré sur la tête de sa mère » ne pas mentir

Après les coups, la jeune Murielle a été envoyée dehors pour manger. En se rendant « en douce » à ses côtés pour lui apporter son repas, le cousin aurait obtenu les confidences de l’adolescente.

Cette dernière lui aurait « juré sur la tête de sa mère » qu’elle ne ment pas et que c’est bien Bernard Laroche qui a pris Grégory avec lui devant la maison des parents, puis qui « a remis le gamin à deux personnes, alors qu’il faisait presque nuit ».

Le débat sur la détention de Murielle Bolle aura lieu ce mardi matin à la cour d’appel de Dijon.

Source link