Ain’t nobody got time for that » (On n’a pas le temps pour ça). Tel est le nom de la séquence créée par l’émission satirique « The Daily Show » pour parvenir à suivre la saga de la Maison-Blanche, où les scandales se succèdent à un rythme ahurissant depuis que Donald Trump y a posé ses valises.

Et plus particulièrement, depuis la semaine dernière. Cela fait des jours que le milliardaire et son entourage ne parviennent plus à retrouver un semblant de sérénité pour masquer le chaos qui règne dans leurs rangs, enchaînant les polémiques de pacotille, pendant que des décisions significatives se font attendre.

1 « The Apprentice », maintenant à la Maison-Blanche

Donald Trump s’est fait connaître de l’Amérique profonde dans les années 2 000 avec sa phrase fétiche « Vous êtes viré », qu’il utilisait pour éliminer les candidats à l’émission « The Apprentice ». Désormais président des Etats-Unis, le Républicain ne semble pas près d’abandonner ses habitudes. En six mois, une dizaine d’employés de la Maison-Blanche ont été poussés vers la porte ou incités à démissionner.

Ce lundi, le sulfureux directeur de la communication Anthony Scaramucci a été limogé dix jours après sa nomination. Surnommé « The Mooch », ce financier de Wall Street s’apprêtait à suivre l’exemple de son président, promettant de « virer tout le monde » pour éviter les fuites. Son arrivée dans l’équipe de Donald Trump avait d’ailleurs provoqué le départ de Sean Spicer, considéré comme trop proche de l’establishment.

Mais Anthony Scaramucci n’a pas tardé à défrayer la chronique la semaine dernière, en injuriant vulgairement d’autres collaborateurs de la Maison-Blanche, lors d’une conversation téléphonique avec un journaliste du « New Yorker ». Son départ était une exigence du nouveau secrétaire général de la Maison-Blanche John Kelly en poste depuis ce lundi. Désigné pour remettre de l’ordre au sein d’une administration désorientée (lire ci-dessous), ce général austère est venu remplacer Reince Priebus, viré le 21 juillet à travers un tweet, avant d’être littéralement abandonné sur le tarmac de la base aérienne Andrews.

Source link

Laisser un commentaire