La vie du jeune photographe avait tout d’un destin extraordinaire. L’homme de 32 ans, originaire du Brésil, avait déclaré avoir été maltraité pendant son enfance et vaincu la leucémie lorsqu’il était jeune adulte. Mais il a avait réussi à reprendre sa vie en main et travaillait, selon ses dires, comme photographe pour les Nations Unies. Ces expériences, confiait-il, l’avaient aidé à se connecter à la souffrance humaine dans les zones de conflits les plus dangereuses du monde.

Entre les fronts à Mossoul (Irak), Raqqa (Syrie) et la bande de Gaza, Eduardo Martins appréciait se détendre en faisant du surf, ses photos faisant le bonheur de ses 125.000 followers sur Instagram. La vie parfaite jusqu’à ce que la supercherie soit révélée. Une enquête menée par BBC Brasil a révélé que le personnage était monté de toutes pièces. Son compte Instagram edu_martinsp a depuis été supprimé.

Des photos retouchées

Son travail en tant que photographe avait pourtant été mis en avant dans des médias de renom, comme The Wall Street Journal, Getty Images, Vice ou encore BBC Brasil.

Comment l’arnaque a-t-elle pu tenir pendant plusieurs années ? Le faussement dénommé « Eduardo Martins » volait des images prises par des photographes professionnels, qui avaient, eux, réellement été sur le terrain. Pour être crédible et berner les journalistes et éditeurs d’images, il apportait de légères modifications aux photographies initiales, suffisamment pour passer au travers des logiciels qui scannent les images pour lutter contre le plagiat. Sa technique favorite : inverser les photos, tout simplement. Il a gagné ensuite en crédibilité avec les ventes de « ses » photos, et par des interviews parlant de « son » travail données à des magazines.

© Capture d’écran

Il a conservé sa couverture en utilisant des photos d’un surfeur britannique et en le photoshoppant dans des zones de guerre. L’homme ne s’est aperçu de rien, jusqu’à ce qu’un ami lui montre les images. Croyant d’abord à une plaisanterie, il s’est ensuite rendu compte que ses photos avec été volées et modifiées, confie-t-il à BBC Brasil.

La fraude dévoilée

L’imposture d’Eduardo Martins a pris fin suite à un contact avec une collaboratrice de BBC Brasil au Moyen-Orient. Travaillant dans les régions soi-disant visitées par le faux photographe, elle ne l’avait pourtant jamais aperçu parmi le pool de journalistes brésiliens. La chaîne a donc décidé de creuser et a pris contact avec les Nations Unies, qui ont confirmé n’avoir jamais engagé le jeune homme. Les organisations qu’il était censé avoir visitées dans le monde, qui ont également été contactées, ne l’ont pas non plus reconnu.

Une fois certaine de l’imposture, la BBC Brasil a décidé de publier l’histoire reprise sur le site de la BBC – et a présenté ses excuses à ses lecteurs, assurant que cela la pousserait à « renforcer les procédures de vérification ».

La vraie identité de l’individu reste pour l’instant un mystère. Probablement conscient que sa couverture était sur le point de se briser, l’homme a disparu du paysage. Un photographe, qui était en contact avec lui, dit avoir un reçu un message du jeune homme disant qu’il était en Australie et qu’il voulait « passer une année à voyager à travers le monde » ainsi que couper ses réseaux sociaux. Mais l’histoire ne dit pas s’il s’agit, là encore, d’un mensonge.

Source link

Laisser un commentaire