« Cessez de financer, arrêtez d’enseigner la haine et arrêtez le meurtre », a déclaré vendredi 9 juin le Président américain Donald Trump lors d’une conférence de presse avec son homologue roumain après avoir déclaré que Doha avait soutenu les extrémistes islamistes.

« Ça suffit, le financement », a lancé M. Trump. Le « niveau élevé » de soutien, qu’il s’agisse de ressources financières, logistiques ou morales, pour les groupes terroristes, de la part de Doha, doit être arrêté, a ajouté le Président.

« Je tiens à appeler toutes les nations à arrêter immédiatement de soutenir le terrorisme », a répété le Président des États-Unis.

Par ailleurs, le numéro un américain a remercié l’Arabie saoudite pour avoir accueilli un sommet « historique » entre les États-Unis et plus de 50 nations, notant qu’il devrait servir de plate-forme marquant « le début de la fin du terrorisme ». Il n’a toutefois pas mentionné le rôle de Riyad dans le soutien aux extrémistes violents à travers monde.
Le scandale diplomatique autour du Qatar a éclaté lundi dernier. Quatre pays — Bahreïn, l’Arabie saoudite, l’Égypte et les Émirats arabes unis — ont le 5 juin rompu les relations diplomatiques avec le Qatar, expulsé des diplomates et d’autres personnalités et suspendu des vols à destination du Qatar. Les quatre pays reprochent à Doha de « déstabiliser la situation en matière de sécurité » et de « soutenir le terrorisme », y compris les groupes terroristes Al-Qaïda et Daech au Yémen.

Les autorités de la partie orientale de la Libye, le Yémen, les Maldives, la Mauritanie et Maurice leur ont emboîté le pas en annonçant qu’ils rompaient les relations avec le Qatar. Le chef de la diplomatie qatarie a déclaré que son pays ne prendrait pas de mesures en réaction à ce boycott.

Source link