Il n’existe pas de « menace plus grande » que celle de la Corée du Nord a déclaré ce lundi le secrétaire général de la Maison blanche Reince Priebus alors que Donald Trump multiplie les entretiens pour s’assurer des soutiens dans la région.

Donald Trump a multiplié dimanche les gestes en direction de ses partenaires asiatiques pour s’assurer de leur coopération contre la Corée du Nord qui a laissé entendre lundi qu’elle porterait son potentiel nucléaire au « maximum » pour répondre à ce qu’elle qualifie d’agression américaine.

Le président américain s’est entretenu avec le Premier ministre thaïlandais et son homologue singapourien, lors de deux appels téléphoniques centrés sur la Corée du Nord, et les a tous deux invités à Washington, ont annoncé des responsables américains.

Exercices militaires

« Ils ont discuté des moyens de maintenir la pression diplomatique et économique sur la Corée du Nord », a précisé l’un des responsables, qui a requis l’anonymat. Ces appels surviennent deux jours après un nouvel essai de missile de Pyongyang, qualifié d’échec par Washington et Séoul.

Le groupe aéronaval mené par le porte-avions Carl Vinson, arrivé à proximité de la péninsule coréenne, a commencé samedi des exercices conjoints avec la marine sud-coréenne, douze heures après le tir, a annoncé un responsable de la flotte sud-coréenne.

Le président américain s’est entretenu samedi avec son homologue philippin Rodrigo Duterte sur cette même question. Il multiplie les entretiens pour avoir le soutien des dirigeants régionaux pour « un plan d’action » si la situation se détériore en Corée du Nord, a précisé le secrétaire général de la Maison blanche Reince Priebus sur la chaîne de télévision ABC.

« Aucune menace plus grande »

« Devant le lancement par les États-Unis d’une campagne de racket via des sanctions et devant les pressions exercées contre la RPDC (République populaire démocratique de Corée, NDLR), […] la RPDC va porter à leur maximum les mesures permettant d’améliorer le potentiel de sa force de dissuasion nucléaire », a déclaré un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères cité par l’agence officielle KCNA.

Donald Trump est en contact régulier avec le Premier ministre japonais Shinzo Abe et entretient des relations « très proches » avec le président chinois Xi Jinping, a dit Priebus. Toutes ces discussions sont motivées par la crainte « d’une possible destruction nucléaire massive en Asie » et potentiellement aux États-Unis, a affirmé le secrétaire de la Maison blanche.

« Il n’y a pour le moment aucune menace plus grande contre ce pays, contre la région, que ce qui se passe en Corée du Nord », a ajouté Priebus. Après avoir fait de la Chine son bouc émissaire pendant la campagne présidentielle, Donald Trump a estimé dimanche dans une interview à CBS, que les controverses commerciales avec Pékin passaient au second plan dans le cadre de la coopération face à la Corée du Nord.

La Chine, principal soutien du régime de Pyongyang, s’est alarmée de la poursuite du programme nucléaire et du développement de missiles de longue portée par Pyongyang, au mépris des résolutions des Nations unies, tout en invitant les parties à éviter l’escalade des tensions. « Le commerce est très important. Mais une guerre énorme, avec potentiellement des millions de personnes tuées ? Ça, je dirais que ça éclipse le commerce », a déclaré le président à CBS.

Source link